La décision de la rupture

RuptureIl est évident que les membres du couple ne vivront pas la séparation de la même manière selon qu’ils sont ou non décideurs de cette rupture.  Il est finalement fort rare que des personnes décident au même moment de mettre un terme à leur couple.  Bien souvent, l’un est beaucoup plus loin que l’autre dans sa réflexion personnelle et nous assistons alors à un temps psychologique bien différent entre nos deux protagonistes.  Ainsi l’un sera prêt à passer à l’étape d’une séparation du couple, aura peut-être déjà envisagé toutes sortes de modalités pratiques pour la mettre en place alors que l’autre dira « qu’il n’a rien vu venir », qu’il ne s’attendait absolument pas à ce que l’autre soit si résolu à quitter le navire !

Ainsi nous assistons très vite à d’énormes décalages entre les personnes avec très vite quelqu’un perçu comme coupable et l’autre victime de la séparation.  De nombreuses émotions émergent alors chez l’un et chez l’autre et se construit déjà là toute une dynamique qui peut très vite devenir très conflictuelle.

Annoncer à l’autre son désir d’une séparation est ainsi une première étape qu’il ne faut pas négliger et qui devrait pouvoir se faire en douceur et dans le respect du temps nécessaire à l’autre.

Pour réussir cette première annonce, plusieurs éléments sont importants à respecter :

  • Il serait évidemment préférable que la personne qui prend la décision ait eu la possibilité de dire à l’autre ce qu’elle vivait mal dans le couple afin que l’autre ait pu déjà l’entendre et ait eu l’occasion d’y remédier éventuellement.  Rien n’est pire que de sentir que l’autre nous impose sa décision en invoquant des raisons pour lesquelles il n’a jamais été possible de réagir auparavant.  Le sentiment de subir est alors poussé à son paroxysme.
  • Veiller à ne jamais agir dans la précipitation mais prendre vraiment le temps de la réflexion. (Je ne parle pas ici de situations de violence conjugale où là il n’est pas rare que pour « sauver sa peau » il faille vite partir.  Ce thème sera abordé plus tard). Cela permet d’une part de ne pas commettre des erreurs qui pourraient être irréparables mais est une manière de respecter aussi ce fameux temps psychologique de votre partenaire qui est souvent bien différent du vôtre.  Pour faire une belle métaphore, souvenez-vous : « certaines pilules sont parfois difficiles à avaler ».
  • Il faut prendre le temps d’expliquer à l’autre les raisons de la rupture en veillant à ne pas accuser l’autre mais en parlant en terme de « je » ce que recommande beaucoup de médiateurs.  Ainsi dire par exemple : je n’arrive pas à prendre ma place dans notre couple plutôt que de dire tu ne me laisses aucune place dans notre couple !  Si parler est difficile, écrire peut aussi être une bonne alternative en veillant là aussi à parler en « je ».
  • Même si vous êtes en colère, essayer de ne pas salir toute la relation vécue avec l’autre.  Ne noircissez pas tout car des beaux moments il y en a certainement eus et si vous avez fait un bout de chemin ensemble c’est bien grâce à eux.
  • Les mots que vous utiliserez peuvent être très blessants et même si vous vous séparez vous serez certainement encore amenés à vous voir alors restés prudents dans vos propos, restez respectueux de l’autre, ne détruisez pas tout !
  • Essayer d’agir par étapes, ne dites peut-être pas tout trop vite, ne mentez pas mais ne dites peut-être pas tout immédiatement et ce en fonction des réactions de votre partenaire.  Si par exemple vous quitter l’autre pour aller vivre avec une autre personne dont vous êtes tombés fou amoureux, il est préférable de ralentir un peu de ne pas dire tout de suite ce que vous avez en tête si vous savez que l’autre va terriblement en souffrir.  Certes l’autre le saura tôt ou tard mais respectez ce que l’autre est prêt ou non à entendre, ne dites pas forcément tout en même temps.  Par respect de la vie que vous avez eu avec cette personne, ne vous mettez peut-être pas immédiatement avec quelqu’un d’autre si du moins c’est possible pour vous.
  • Une fois l’acceptation de la décision, n’abandonnez pas l’autre du jour au lendemain et aidez-le (ou la) déjà à l’annoncer ensemble aux enfants si vous en avez.  Idéalement, il serait toujours préférable pour les enfants que leurs parents puissent leur annoncer ensemble leur décision de se séparer et sur la manière dont cela pourra être organisé.  Si déjà à ce stade, vous sentez que vous n’arriverez pas à vous mettre d’accord sur la manière de l’annoncer, sur les modalités de la séparation, …. faites-vous aider par une personne extérieure, cela peut être une personne proche de vous deux éventuellement mais un médiateur familial pourrait être déjà d’une aide précieuse à ce stade. Un notaire peut également vous aider à acter vos décisions.  Un avocat pourrait lui aussi vous être utile mais choisissez alors de préférence un avocat médiateur car malheureusement beaucoup ont tendance à mettre de l’huile sur le feu en voulant à tout prix défendre au mieux leur client.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *